Comment vivre plus heureuse quand on est perfectionniste?

le

Bonjour à toutes et à tous,
Aujourd’hui je voudrais vous parler du perfectionnisme (vous écrire au sujet de, pour être exact ^^). Sentez-vous libre de partager votre ressenti, vos expériences en commentaire, cela me ferait très plaisir que ce blog soit enrichi par d’autres personnes 🙂

Je ne me suis jamais considérée comme une perfectionniste. Pourtant, hier soir je suis tombée sur une vidéo avec le témoignage d’une jeune femme considérée comme perfectionniste et je me suis reconnue dans son discours. Cela m’a étonnée et troublée. Dès lors, j’aimerais aborder ce sujet sur mon blog dédié à l’épanouissement des femmes. Je vous mets le lien de la vidéo dans les sources en bas de l’article.(1)

Le perfectionnisme: définition

Perfectionnisme: nom masculin. Tendance excessive à rechercher la perfection. (dictionnaire Le Robert)

Voici une définition plus explicite d’une personne perfectionniste, d’après une autre source:

« La personne perfectionniste s’impose des standards d’excellence extrêmement difficiles à atteindre, voire impossibles. Elle ne sait doser ses efforts, se surinvestissant parfois dans des activités de moindre importance au détriment de certaines plus prioritaires. Pour elle, les détails comptent autant que l’ensemble et elle demeure inflexible dans le choix de ses priorités et de ses façons de faire. La personne perfectionniste a de la difficulté à travailler en équipe et à déléguer. Elle doute constamment d’elle-même et n’accepte pas ses limites et ses imperfections. Sa valeur en tant que personne dépend de ses succès et de sa réussite. Elle se juge sévèrement et accepte mal la critique. La moindre erreur est vécue comme une cuisante défaite. La personne perfectionniste est une éternelle insatisfaite et ressent très souvent de l’anxiété, de la honte et de la culpabilité. Elle appréhende l’avenir et redoute l’échec. » (2)

Suis-je perfectionniste?

Je ne me suis jamais considérée comme une perfectionniste jusqu’à hier.

En effet, dans la vie je ne suis ni maniaque du rangement ou de la propreté, je n’ai pas besoin d’avoir les dernières tendances en vêtements, ou les derniers gadgets technologiques, je sais que je ne suis pas parfaite et je le vis très bien. Je sais qu’il y a plus belle, plus intelligente, plus riche, etc que moi et cela ne m’a jamais dérangée le moins du monde.

Cependant, je suis animée par cette envie de devenir meilleure. Je suis ambitieuse professionnellement et dans mes compétences au travail. Je veux gravir les échelons, devenir ma propre patronne. Je cherche constamment à m’améliorer dans les activités que j’entreprends comme le sport ou la musique, ou dans la communication et le relationnel avec les autres personnes. J’adore apprendre, j’ai lu des tas de livres sur la communication car c’était difficile pour moi de bien communiquer, donc j’ai voulu m’améliorer. Ce n’est pas encore parfait et ça me va, je vis avec.

Je ne pense pas que cela soit un défaut de vouloir devenir meilleur, je trouve que cela est une belle valeur, cependant cela devient un problème lorsque cela nous fait souffrir. Et c’est là qu’intervient le perfectionnisme.

Le fait est que, exactement comme le dit cette jeune femme dans la vidéo, je sais que l’ont est toutes différentes et que l’on a toutes des qualités, et que je ne suis pas la meilleure. Mais, j’espère quand même être dans les meilleures, si cela fait sens…

Une autre notion entre en jeu ici, la confiance en soi. Il est vrai que je pense manquer de confiance en moi et me sous-évaluer. Je ne vois pas, je ne considère pas, que ce que j’ai accompli jusqu’à aujourd’hui est déjà bien et satisfaisant. J’en suis contente, mais je ne pense pas me reposer sous mes lauriers pour autant.

Je me donne donc périodiquement de nouveaux challenges à relever, tous plus durs les uns après les autres, me forçant à continuellement apprendre sur moi, sur l’architecture et la construction, sur la vie, etc. Quand je commence un nouveau job, j’adore cette sensation de dévorer les informations, j’adore cet apprentissage fulgurant et cette courbe de croissance exponentielle. Cela est bien évidemment très prenant et fatigant. Ensuite, je deviens de plus en plus à l’aise, je maîtrise le job, et la courbe d’apprentissage ralenti. Enfin, je commence à voir les côtés négatifs, et surtout, ce que je n’ai pas… Je commence alors à m’embêter. Mon boss est très content de moi, alors je vais demander une augmentation. Puis quelques temps plus tard, une autre. Et quand je ne reçois plus ce que j’aimerais, cela me donne « une bonne raison de partir ». Inconsciemment, je provoque ce départ « justifié ». J’ai même déjà démissionné sans avoir de job derrière. C’était un nouveau challenge: 6 semaines pour trouver un nouveau job et déménager à l’étranger. Mon précédent boss ne me croyait pas quand je lui ai dit que je démissionnais sans un autre emploi, il pensait que je partais pour la concurrence ^^.

Evidemment, ce fonctionnement fatigue énormément, c’est même parfois éreintant. Ce qui m’inquiète, c’est que je ne sais pas quand est-ce que cela va s’arrêter. Serais-je un jour satisfaite de ce que j’ai accompli? Est-ce que j’arriverai à rester plus de 3ans dans le même emploi? Si j’arrête de me lancer ces défis, est-ce que je m’en voudrai, est-ce que je ne m’embêterai pas dans la vie? Je devrai alors trouver d’autres objectifs, en dehors du travail. Mais à nouveau je voudrai constamment les hisser plus hauts, d’une façon ou d’une autre. Je pense que cet esprit d’entreprendre ne me quittera jamais. Mais après tout, est-ce une mauvaise chose?

Mais aussi, est-ce que les choix que je fais maintenant sont les bons choix? Ou est-ce qu’ils répondent à ce que je pense vouloir avec un regard de perpétuelle « amélioration »? Est-ce que cela me rend réellement heureuse? Ou est-ce uniquement une fuite en avant?

Personne perfectionniste ou consciencieuse?

« La personne consciencieuse s’impose des standards d’excellence humainement possibles à atteindre. Elle sait doser ses efforts et établir ses priorités sans toutefois négliger l’importance des détails. Elle demeure flexible et sait ajuster ses propres exigences selon le contexte ou l’importance de l’activité. Elle est autocritique, accepte ses propres erreurs et cherche à les corriger. Elle éprouve du plaisir et de la satisfaction dans la réalisation de ses projets et dans l’atteinte de ses objectifs personnels. Elle entrevoit l’avenir de façon réaliste et cherche à prévenir les difficultés. Si celles-ci surgissent, elle cherche et met en place des solutions.« (2)
Ha, voilà une définition qui me ressemble davantage. En effet, mes objectifs sont atteignables, si je m’en donne les moyens. J’accorde de l’importance à certains détails, cela dépend pour quoi… Je suis flexible dans certaines mesures. Ah oui je suis autocritique et cherche à m’améliorer. Je suis très clairement axée solutions et suis positive concernant l’avenir.
Ok, je me sens plus consciencieuse que perfectionniste. Cependant, subsiste cette volonté, voire « manie » de recherche d’amélioration, de perfectionnement, constante.

Comment cesser d’être perfectionniste?

Distinguer notre valeur personnelle de nos actes

Cela est quelque chose que j’ai appris à mes dépens lors de mes études. Lorsque le jury critique notre projet, ce n’est pas nous qu’ils critiquent. Cela est très difficile à distinguer car notre projet est notre bébé, notre création, on est dans ce projet. Mais on n’est pas notre projet.
De même dans la vie, même si on subit des échecs, notre valeur ne diminue pas. Au contraire, en surmontant ces échecs, on prend de la valeur 🙂

Entre tout ou rien, il y a un juste milieu

Pour ce point-ci je vous renvoie à mon article précédent: « Faire de son mieux! Au lieu de vouloir être parfaite ». En effet, entre parfait et nul, il y a un monde de différence. L’important est de faire de son mieux, avec les outils que l’on a, à un moment donné. Et si vous faites cela, cela sera parfait 🙂

Se fixer des objectifs atteignables

Souvent, on a en tête le résultat final, et si ça ne va pas assez vite, ou assez bien, ou si on sent que l’on ne va pas être le meilleur dans ce que l’on fait ou produire le meilleur, on n’abandonne. Pourtant, il ne faut pas abandonner pour ces raisons-là, car le long de ce chemin, même si on n’est pas le meilleur à la fin, on apprendra énormément de choses. Et, cet apprentissage nous servira certainement un jour venu. Donc, commençons, cessons de procrastiner, même si cela ne sera pas parfait du premier coup, on sera lancé et cela ne pourra que s’améliorer avec l’expérience! En outre, ce chemin ne sera peut-être pas facile, il faudra probablement fournir des efforts, et c’est ok.

Etablir des priorités

Je pense que ce point est très important pour le mental. Tout d’abord, je pense qu’on ne peut pas exceller dans tout. Ensuite, je pense qu’il faut savoir prendre le temps de se ressourcer. Donc, faire des choses qui nous créent de l’énergie positive, afin de nous donner l’énergie de continuer d’avancer. Et je pense que cela répond partiellement à mes questions concernant mes choix de vie. Si mon job, mon logement, mon mode de vie me boostent positivement, c’est que ce sont de bons choix pour choix. Si au contraire je suis constamment déprimée (veto pour cette période covid^^), alors c’est que je devrais revoir mes priorités afin de passer plus de temps dans des activités qui me ressourcent et me motivent. Cela nous amène au point suivant…

S’écouter

Si vous ressentez de l’insatisfaction, de la frustration, de l’abattement, de l’anxiété ou de l’épuisement, sondez-vous et tentez d’identifier ce qui vous met dans cet état. Vérifiez si vous n’êtes pas en train de vous demander l’impossible.

Vivez l’instant présent

A cause de cette fuite en avant et de chercher à constamment m’améliorer, j’oublie parfois d’être satisfaite de ce que j’ai maintenant. J’oublie de profiter des avantages de ma vie actuelle. Je culpabilise souvent pour cela. « Sois contente », je me dis. Mais, oui c’est difficile de s’en rappeler et de ne pas constamment penser à ce que cela pourrait être, ou ce que l’on n’a pas. Si vous avez des conseils à ce sujet, des petits trucs et astuces pour relativiser, je suis preneuse 🙂

N’ayez pas peur de l’échec

Ce point-ci est devenu mon crédo. J’ai déjà partagé cette situation de Nelson Mandela « Que tes actes soient le reflet de tes espoirs et non de tes peurs ». Je l’ai affichée au mur, j’adore cette citation. Personnellement, je ne pense pas avoir peur de l’échec, j’ose me lancer dans le vie (façon de parler, sauter en parachute me parait tout à fait irréalisable pour moi haha). C’est à nouveau cette notion de challenge et d’adrénaline qui est peut-être un peu trop développée chez moi ^^
Aussi, parfois les choses ne fonctionnement pas comme on le voudrait, indépendamment de notre travail et volonté. N’oubliez pas qu’on ne peut pas contrôler ce qui est en dehors de notre zone d’influence. Il s’agit typiquement du comportement des autres. Vous êtes peut-être une manipulatrice hors pair, mais malgré tout, il y aura toujours des paramètres incontrôlables et il faut faire avec.

En conclusion

J’ai envie de dire, relativisons.
Valorisons ce que l’on a déjà accompli et qui l’on est aujourd’hui. Réjouissons-nous d’être concernées par notre bien-être et de vouloir faire ce qu’il y a de mieux pour nous, même si cela n’est pas facile. Essayons d’arrêter de rechercher constamment l’excellence. N’angoissons pas pour l’avenir (facile à dire oui je sais, il y a des jours où tout va et d’autres angoissants).
Accomplissons notre travail adéquatement tout en nous épanouissant et en maintenant un bon équilibre physique et mental.

Vous considérez-vous comme une perfectionniste? Pourquoi? Comment-le vivez-vous ? Quels conseils pourriez-vous me donner ainsi qu’aux autres lectrices? Merci d’avance pour le partage 🙂

Sources:
1. https://www.youtube.com/watch?v=4vUOEpa13N8&list=PLZkUt8JiWLNn6OlNkbRJyYIvDsPd0UnG2&index=34&ab_channel=ARTE
2. https://www.aide.ulaval.ca/psychologie/textes-et-outils/difficultes-frequentes/le-perfectionnisme-quand-le-mieux-devient-l-ennemi-du-bien/

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. yasmine dit :

    Je me reconnait assez dans ton récit, je ne suis pas une obsessionnelle du rangement mais j’aime les choses bien faite. Et je passer des heures sur un petit détail que je suis probablement la seule à voir. Surtout depuis que j’ai mon entreprise c’est pire 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre à yasmine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s